IOWA 1964

Je n'ai jamais pensé que ma peinture était d'avant-garde mais, en 1964, je continuais à vouloir fermement être impliqué, même de façon périphérique, dans le débat du modernisme. Durant l'été, pendant six semaines, David Hockney réside à Iowa City où l'université locale l'accueille comme professeur. Pendant son séjour, il peint cinq tableaux dont un seul, Iowa, est en relation directe avec le Middle West. La région offre la vision d'une plaine à l'infini. L'aspect le plus intéressant de ce paysage était lié à ses orages, quelques-uns très électriques, tous avec des nuages se déplaçant très rapidement, changeant de formes et de couleurs ( Hockney ) se souvient Hockney. Les nuages constituent donc tout naturellement l'élément principal de la composition. Changeants, ils oscillent entre le pattern, la planéité d'une forme minimaliste, et le volume expressif que leur confèrent de larges coups de brosse. Après le naturalisme des personnages sous la douche (inspirés des photographies de 1'Athletic Model Guild), Iowa et les peintures réalisées dans le Middle west (The Actor [ l'acteur ], Arizona , Cubist Boy with Colourful Tree [ Garçon cubiste avec arbre coloré ]) se veulent abstraites et cérébrales. La dialectique qu'instaure Hockney, en confrontant formes figuratives et pattern formaliste, lui fait retrouver, en amont du cubisme, les adages cézanniens. La grange, le silo de la ferme d'Iowa sont traités selon les lois du cône, du cylindre, chers au maître aixois. Bientôt, la série des natures mortes de 1965, le Portrait Surrounded by Artistic Devices [Portrait entouré de trucs artistiques] en particulier, poussera à son point limite cette confrontation d'images réalistes et de formes rigoureusement abstraites.

D.O (David Hockney : espace/paysage, centre Georges Pompidou )